Inauguration de la Médiathèque

Le 23 janvier 2010 a eu lieu l’inauguration de la Bibliothèque-Médiathèque Jeanne Cressanges. La romancière et essayiste bourbonnaise a accepté de donner son nom à ce lieu magnifique, résultat de 2 ans de travaux de rénovation, salué comme une réussite par les très nombreuses personnalités* venues l’inaugurer .
Ce lieu se veut un lieu de rencontres ouvert à tous. Vous y êtes chez vous ! Venez y feuilleter un livre que vous pourrez emprunter, choisir un CD ou un DVD pour le regarder à la maison, consulter internet dans l’espace multimédia. Vous serez accueillis et conseillés. Alors franchissez la porte, vous passerez, nous en sommes sûrs, un agréable moment !

* Mr Monzani, Préfet de l’Allier - Mr Dufrègne, Président du Conseil Général - Mr Guerre, représentant le Président du Conseil Régional - Mr Frasson-Cochet, représentant le Préfet de la Région Auvergne et le Président de la Direction Régionale des Actions Culturelles d’Auvergne - Mr Chambefort, député - Mr Fleury, Conseiller général - Mr Chérasse, Président de la Communauté de communes - Mr Vernisse, Maire de Dompierre - Mme Muller, Présidente des bibliothécaires d’Auvergne … Mme Jeanne Cressanges.

 

Jeanne CRESSANGES  

Jeanne Cressanges, de son vrai nom Jeanne MOUCHONNIER est née en 1929 à Noyant d’Allier, dont sa mère Suzanne Dumont était originaire. Son père Jules Mouchonnier appartenait à cette famille de plâtrier-peintre depuis longtemps implantée à Dompierre sur Besbre.
Elle passe son enfance à ST Sornin (à côté du Montet). Elle est élevée par sa mère car son père qui travaille pour la Cie des Chemins de Fer est souvent absent.

Souvent seule, pour tromper son ennui lors des vacances scolaires, elle écrit ses premiers poèmes dès l’âge de 6 ans. Elle participe aux travaux de la ferme, ce qui aura une incidence directe sur ses écrits où sera très présente la vie provinciale, la condition de la Femme dont elle prendra toujours la défense sans être féministe.

Son père est nommé à Paris. Bonne élève, elle entre à hypokhâgne mais un évènement familial (la mort de sa tante en donnant naissance à son enfant) va mettre fin à ses études et sans le savoir va donner un sens à son avenir.

Elle se marie, suit son mari dans ses déplacements et se remet à l’écriture. Elle envoie ses écrits aux éditeurs parisiens sans succès.
En 1958, François NOURISSIER lui édite son 1er roman « La femme et le manuscrit ».
Elle adopte alors le pseudonyme de Jeanne CRESSANGES, village entre Noyant et St Sornin.
Son second roman , pourtant le plus connu « La feuille de Bétel » sera refusé à cause de son sujet, qui traite de l’arrivée des rapatriés d’Indochine à Noyant et de l’amour entre 2 personnes de communautés différentes.
Elle s’installe à Epinal en 1968 tout en gardant un pied à Paris et de solides attaches en Bourbonnais où elle revient fréquemment dans sa famille de Dompierre.
Elle a toujours écrit, exerçant des métiers qui tournaient autour de l’écriture : lectrice chez Julliard, journaliste littéraire aux Nouvelles littéraires et à Marie-France, scénariste-dialoguiste pour le cinéma et la télévision, ainsi que pour Radio-France. Ecrivain, elle a publié vingt ouvrages, romans, essais et un récit.
En 1979, elle est reçu par Jacques Chancel dans son émission « Radioscopie » sur France-Inter pour parler de son essai « La vraie vie des femmes commencent à 40 ans » édité chez Grasset. Elle a aussi été plusieurs fois l’invitée des émissions de Bernard PIVOT.

Elle déplore aujourd’hui le sort réservé aux jeunes écrivains au profit de récits plus médiatisés.

Une association, « Pré-texte », a vu le jour dans l’Allier pour aider de jeunes écrivains et un sentier de promenade porte son nom à Noyant.


Romans : La Femme et le manuscrit (1959), La Feuille de bétel (1962), Le cœur en tête (1963), La part du soleil (1967), La Chambre interdite (1969), Mourir à Djerba (1973), La Mariée de Saint-Médard (1984), les eaux rouges (1988), Les trois naissances de Virgine (1995), Un amour de 48 heures (1997), Le Luthier de Mirecourt (1999), Les ailes d’Isis (2002), Le soleil des pierres (2005)
Essais : les chagrins d’amour (1976), La vraie vie des femmes commence à 40 ans (1979), Ce que les femmes n’ont jamais dit (1982), Parlez-moi d’amour (1986), Seules (1992)
Récit : La Petite Fille aux doigts tachés d’encre (1985).
Livre d’Art : Je vous écris d’Epinal (2009).