Exposition: 'La Residence', Espace Boudeville, Dompierre-sur-Besbre, 03290, Allier


Contact : Service Culturel - Mairie de Dompierre
Tél : 04 70 34 50 72 ou 04 70 34 69 35 (La Résidence)

E-mail : serviceculturel @mairie-dsb.fr

Rencontre avec l'artiste sur rendez-vous.

La Résidence - Place des 3 Platanes - 03290 Dompierre-sur-Besbre Ouvert mercredi, vendredi et samedi de 14h à 18h et sur rendez-vous, sauf jours fériés
DOMPIERRE-SUR-BESBRE

Keita MORI

Séjour en résidence

Du 2 au 15 septembre

Exposition

« FLUX »

Du 16 septembre au 21 octobre 2017

La Résidence

Depuis 2011, Keita a créé sa propre méthode de dessin: il colle des fils sur un papier ou sur un mur à l’aide d’un pistolet à colle.

Les “lignes” matérialisées par les fils sont méthodiques et sans nuances,

ce sont les métaphores des composants d’un “système” ou d’une “société”.

A chaque fois qu’il ajoute une ligne, il rapporte une fissure (bug) accumulée et un changement.

A travers la création de cette série de dessins (Bug report) et en se focalisant sur le rapport entre ses dessins et la société,

l’artiste souhaite mettre en oeuvre un nouveau déroulement de la série.

 

A La Résidence, il souhaite réaliser des dessins sur papier et in-situ dans la perspective de la création ouverte au public.

Il rapportera à ce moment là l’”intuition” sous forme progressive de dessin interminable.



Vernissage le vendredi 15 septembre 2017 à 18 H 30.
Entrée libre
Mercredi, vendredi et samedi de 14h à 18h
Fermé les jours fériés.

La Résidence, Place des trois platanes, 03290 DOMPIERRE-SUR-BESBRE

DOMPIERRE-SUR-BESBRE

Séjour long de l’artiste Paul Duncombe

du 23 janvier au 14 avril 2017

 

Sensible aux enjeux socioculturels et écologiques de notre temps, les projets de Paul Duncombe interrogent la place de l’Homme moderne dans son environnement ainsi que le rôle de l’artiste en tant qu’observateur de ces informations.

Du simple geste aux installations monumentales les plus complexes, entre performances, sculptures minimales et interventions sur site, son travail traverse les frontières et les disciplines.

L’Apex est l’extrémité ou «sommet» de la plante. Bien que d’apparence immobile l’apex de certaines espèces se déplace très lentement en dessinant d’étranges motifs.

En 1880, Charles Darwin mettait au point une méthode simple d’observation de ce tropisme particulier des végétaux. Ces travaux mettaient en évidence un mouvement chez ces êtres vivants dépendant des facteurs environnementaux tels que la lumière, la gravité ou l’humidité.

À partir de l'étude de ces phénomènes remarquables, les trois mois de résidence de l’artiste à Dompierre seront consacrés à la poursuite de ses propres recherches, de la simple graine jusqu'aux vastes forêts.

Au cours de son séjour, il participera au projet fédérateur “Mômes en peinture” avec trois classes.

L’accueil des scolaires pour des visites-ateliers sera programmé du 2 au 5 mai 2017 (sur RDV, contactez le service culturel).

Inauguration du séjour et présentation du travail de l’artiste le vendredi 27 janvier 2017 à 18h30

Il sera présent à la Résidence du 23 janvier au 14 avril 2017

Pour contacter Paul Duncombe

04.70.34.69.35

ou contact@paulduncombe.com

La Résidence

Place des trois platanes

03290 DOMPIERRE-SUR-BESBRE

Renseignements au Service Culturel, rue Saint Louis, 03290, Dompierre-sur-Besbre

04.70.34.50.72 - serviceculturel@mairie-dsb.fr

 

La Résidence

Exposition

« Dans les Creux du Monde »

Benjamin ROSSI

Du 5 novembre au 10 décembre 2016

Diplômé et félicité de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs en 2014,

Benjamin Rossi expose en France (Paris, Île-de-France, Bourgogne, Normandie) et à l’étranger (Japon, Belgique), participe à plusieurs résidences (Manoir de Soisay, ZSenne Art Lab, Cité Internationale des Arts) et intègre des collections privées (Fondation d’entreprise Le Delas, Aline et Olivier Le Grand).

Avec la volonté de favoriser le processus au résultat définitif, il réalise des pièces versatiles

dont la forme est amenée à évoluer dans le temps et dans l’espace.

Certaines œuvres sont conçues pour n’exister qu’un temps - un instant, vingt-quatre heures ou cinquante ans - d’autres évoluent perpétuellement vers une forme anticipée ou au contraire totalement laissée au hasard.

Le travail de Benjamin Rossi propose une manière d’appréhender le monde depuis l’intérieur, par l’épreuve protocolaire et la mécanique des formes.

En creusant la terre, en sondant la surface du mur, en pesant sur le sol, en mettant en présence des forces contraires, il s’agit en fin de compte de résister à l’inertie du moment et se risquer au mouvement implacable du temps qui passe.

Plusieurs œuvres récentes ou réalisées spécialement pour l’occasion seront montrées lors de l’exposition Dans les Creux du Monde à La Résidence de Dompierre-sur-Besbre. Une série de matrices en laiton et d’eaux-fortes, empreintes des différentes couches sédimentaires du sol, viendront côtoyer d’autres pièces en volume (sculpture, installation, moulage, tirage,...).

Toutes ces pièces seront réalisées autour d’une intention commune : donner à voir ce que d’ordinaire on s’efforce de corriger, ce qui se cache dans les interstices, dans les creux du monde.

Vernissage le vendredi 4 novembre 2016 à 18H30

La Résidence

Place des 3 platanes

03290 DOMPIERRE-SUR-BESBRE

Entrée libre les mercredis, vendredis et samedis de 14h à 18h et sur rendez-vous, fermé les jours fériés

Exposition

« SUR PLACE »

Elsa Abderhamani

Du 24 septembre au 15 octobre 2016

La Résidence

Lors de cette résidence, l’artiste a poursuivi son travail sur les notions d’appropriation

et d’occupation d’un lieu. Parcourir la ville de Dompierre et ses alentours lui a permis

de visualiser des scènes, des objets et des paysages qu’elle a ensuite retranscrits

sur papier.

Elle a réalisé une enquête documentaire et rencontré des habitants, avant de créer

une animation où des traits, des motifs et des tracés évoquent

une ville et sa construction.

L’idée est de considérer le lieu de résidence, Dompierre-sur-Besbre,

comme un monde auto suffisant, indépendant, et isolé du reste du territoire.

Des couleurs, signes, formes, deviennent sources d’inspiration pour penser et dessiner ce micro-univers.

Il ressort quelque chose d’anecdotique lorsque tous ces éléments se rencontrent

et se transforment à l’écran, pour finalement former un monde à part.

Vernissage le vendredi 23 septembre 2016 à 18 H 30.

Entrée libre

Mercredi, vendredi et samedi de 14h à 18h

Fermé les jours fériés.

La Résidence

Place des trois platanes

03290 DOMPIERRE-SUR-BESBRE

Renseignements au Service Culturel, rue Saint Louis, 03290 Dompierre-sur-Besbre

Tel : 04.70.34.50.72

serviceculturel@mairie-dsb.fr

Séjour court de l’artiste Elsa Abderhamani

Du 29 août au 23 septembre 2016

La Résidence, Dompierre-sur-Besbre

Elsa Abderhamani a étudié la communication visuelle à l’ESAA Duperré, et a ensuite suivi un cursus de philosophie à l’Université de Paris 10, et d’arts à l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy.

Elle travaille depuis 2012 à la réalisation d’une cartographie filmée dans la région de Picardie, intitulée Tout autour.

Un autre de ses courts-métrages, Le Cirque, est retenu pour la résidence de post-production l’Atelier 105 (Light Cone).

Elle crée en parallèle des scénarios dessinés, et reçoit en Janvier dernier le 2ème prix Jeunes Talents du Festival

International de Bande Dessinée d’Angoulême.

Ses expérimentations graphiques et narratives sont aussi visibles dans la revue trimestrielle de bande dessinée Bien, Monsieur., qu’elle a fondée avec la dessinatrice Juliette Mancini.

Lors de cette résidence, elle poursuivra son travail sur les liens entre un paysage et ses habitants,

entre un territoire et ceux qui le parcourent.

Pour cela, son projet est de réaliser une enquête documentaire en dessins, puis un film d’animation.

Le temps de la résidence serait donc partagé en deux moments, un premier consacré à la recherche et au dessin,

à la rencontre du lieu et de ses habitants.

Un second pour réaliser le film d’animation. Une sorte étrange de dictionnaire est créée, de répertoire de mots,

de motifs, et de formes qu’on peut trouver dans la région.

L’idée est de jouer avec les gestes, les positions, avec les plantes, les animaux, les machines.

Recréer un petit monde, à l’échelle d’une ville et de son paysage proche.

Née en 1988, Elsa vit et travaille à Paris.

L’artiste sera présente à La Résidence du 29 août au 23 septembre 2016.

Pour la contacter :

04.70.34.69.35 ou elsa.abderhamani@gmail.com

La Résidence

Place des trois platanes

03290 DOMPIERRE-SUR-BESBRE

Renseignements au Service Culturel, rue Saint Louis, 03290 Dompierre-sur-Besbre, Tel : 04.70.34.50.72, ou serviceculturel@mairie-dsb.fr


La Résidence, DOMPIERRE-SUR-BESBRE - EXPOSITION

( Enchanté )

Émilie Picard

Du 6 mai au 11 juin 2016

15ème artiste en résidence, Émilie Picard présentera une exposition intitulée (Enchanté) pour clôturer son séjour à Dompierre-sur-Besbre.

L'artiste y a poursuivi son travail de peinture, un médium au cœur de sa démarche.

Sensible aux notions de factice et de leurre au sein d’une image, c’est assez naturellement que l'intérêt d'Émilie Picard s’est porté sur le PAL, parc zoologique et d'attractions, situé à deux pas de la commue. Il s'agit d'un territoire singulier où les visiteurs cèdent volontiers à l'illusion d'un monde enchanté.

Fermé au public en hiver, le parc se dérobe alors au regard, il devient un non-lieu sur lequel l'artiste a voulu spéculer en image.

700 animaux y vivent et évoluent dans une multitude d’artefacts allant de la fausse grotte aux étangs artificiels. À travers eux s’offre à nous un monde clos, faussement naturel et sauvage où se côtoient champignons géants et cactus de pacotille, indices d'une volonté de sublimer le réel.

C'est autour de ces éléments de décor qu'Émilie Picard a développé une série de peintures questionnant les outils de l’émerveillement dans un parcours jubilatoire entre le tracé et son effacement, entre l'affirmation d'une surface colorée et sa dissolution.

Vernissage le vendredi 6 mai à 18h30

La Résidence

Place des 3 Platanes

03290 Dompierre-sur-Besbre

Ouvert les mercredi, vendredi et samedi de 14h à 18h et sur rendez-vous, sauf jours fériés

Service Culturel : 04 70 34 50 72 - serviceculturel@mairie-dsb.fr

DOMPIERRE-SUR-BESBRE

La résidence

Séjour long de l’artiste EMILIE PICARD

du 18 janvier au 6 mai 2016

La pratique d’Émilie Picard est entièrement orientée vers la peinture à la fois comme sujet et médium. L’artiste puise, dans un flux ininterrompu d’images, une iconographie hétéroclite qu’elle revisite dans un collage improbable. Se nourrissant d’éléments visuels très divers elle crée des saynètes dans une nar­ration suspendue où se joue une mythologie personnelle qu’elle développe au fil des toiles. À travers ce corpus, on pressent une inquiétude sourde, une dérive possible...

Son travail cherche à faire exister la peinture au-delà de la simple représentation. La matière s’affirme dans un double espace : celui de la narration et l’espace pictural de la toile. En créant des zones d’indé­termination et de rupture dans ses tableaux, l’artiste cherche à disjoindre le contexte du sujet élu pour inventer non pas une histoire mais un potentiel à en imaginer une.

Pour la résidence de Dompierre-sur-Besbre, Émilie Picard développera un projet autour du songe et de l’exotisme. Dans une série de peintures mais aussi à travers des actions pédagogiques, elle s’attachera à rendre visible un monde poétique qui puise dans l’imaginaire collectif de la ville sa matière première.

Née en 1984, Emilie Picard est diplômée de l’École Supérieure d’Art et Design Méditerranée de Marseille en 2009. Elle vit et travaille entre Paris et Strasbourg et se forme parallèlement au Centre de Formation des Plasticiens Intervenants à L’HEAR de Strasbourg. Aujourd’hui, sa démarche donne une importance particulière aux enjeux de la médiation et de la transmission.

Inauguration du séjour et présentation du travail de l’artiste le 22 janvier à 18h30

Elle sera présente à La Résidence

du 18 janvier au 6 mai 2016

Pour contacter Émilie Picard

04.70.34.69.35 ou picard.milie@gmail.com

La Résidence

Place des trois platanes

03290 DOMPIERRE-SUR-BESBRE

Renseignements au Service Culturel,

rue Saint Louis,

03290, Dompierre-sur-Besbre

04.70.34.50.72

serviceculturel@mairie-dsb.fr

DOMPIERRE-SUR-BESBRE

La Résidence

« Mutation(s) »

Gaëlle VILLEDARY

Exposition du 31 octobre au 5 décembre 2015

Gaëlle Villedary grandit à la Cadière d'Azur, à Douala puis à Casablanca. Après des études en Arts Appliqués à Strasbourg, Green Object Studio www.gos.tv naît en 2001 de sa collaboration avec Hatim Elmrini, réalisateur et designer audiovisuel. En charge de la direction artistique, Gaëlle Villedary apporte au duo la note poétique et sa rigoureuse expertise.

En 2007, elle décide de se rapprocher de La Cadière d’Azur, et s'installe à Marseille où elle suit une formation métaux précieux dans l'atelier de Juliette Arda et une préparation pédagogique en arts plastiques. Elle enseignera le design et les arts plastiques.
Depuis elle expose régulièrement, obtient plusieurs nominations, bourses de résidences et publications internationales.

Sa pratique artistique prend racine dans l’enfance et se nourrit de ses dix années passées en Afrique, et sa recherche s'articule autour des notions de frontières et de transformations liées aux territoires, réels et imaginaires, intimes ou fantasmés. Entre dessins et installations, matériaux nobles et récupération, l’œuvre hybride relève toujours du vivant et de ses perspectives d’évolution.
Comment composer avec le réel non pas comme une fatalité mais comme un espace ouvert aux possibles pour rebondir. Comment rester à la lisière de la figuration et de l'abstraction, sans se déterminer d'un côté ou de l'autre, dans un mouvement incessant de l'un à l'autre.

De Mutation(s) semblent émerger de nouvelles espèces, de nouveaux territoires, des substituts organiques. Changement d'état naturel, altération du vivant ou évolution programmée, les mutations au cœur de cette exposition troublent, et le rôle de l'homme sur son environnement ne cesse d'être convoqué.

Vernissage le vendredi 30 octobre 2015 à 18 H 30.



DOMPIERRE-SUR-BESBRE
La Résidence
Du 18 septembre au 17 octobre 2015
Exposition

LES HOMMES SE CONNECTENT ENTRE EUX,
COMME LES CHEMINS QUI SE CROISENT.

Mounir CREANZA

Dans le cadre de son séjour court à La Résidence de Dompierre, Mounir Creanza est allé à la rencontre des Dompierrois pour connaitre leur vision du territoire. Ce regard que l’on porte sur le lieu où l’on vit. Un regard, qui déjà évolue avec le temps, mais qui se construit au fur et à mesure des évolutions du territoire. Un regard dont on partage l’idée globale, mais que chacun voit différemment.

Tenter de cerner ce que l’on nomme “l’imaginaire collectif” d’un territoire : une perception, qui se compose de différents points de vue.

Dans un premier temps, l’artiste recueille la vision de chacun, au fil des discussions. Il réalise ensuite des portraits photographiques des personnes elles-mêmes, mais aussi de certains endroits de Dompierre.

A partir de ces matériaux, l’artiste réalise une sculpture dans un tronc de sapin, qui cristallise le ressenti et la vision que l’on peut avoir, de notre lieu de vie.

L’exposition s’intitule : “Les Hommes se connectent entre eux, comme les chemins qui se croisent”.

Elle parle de notre possibilité de se connecter aux autres, ou de notre difficulté d’ouvrir de nouveaux chemins. Quelqu’un a confié à l’artiste : “ Pour moi, le territoire, c’est avant tout des relations avec les gens, des souvenirs…”. Ce projet le conduit donc à organiser une visite commentée du centre-bourg de Dompierre. A travers l’histoire et le vécu de chacun, cette déambulation nous fera entrer directement dans l’exposition.

Visite commentée du centre-bourg de Dompierre suivie d’une collation à La Résidence

Départ le jeudi 17 septembre à 18h00 Place de l’Eglise

 

La Résidence
Place des trois platanes
03290 DOMPIERRE-SUR-BESBRE

Renseignements au Service Culturel, rue Saint Louis, 03290 Dompierre-sur-Besbre
Tel : 04.70.34.50.72
serviceculturel@mairie-dsb.fr

Séjour court de l’artiste Mounir Creanza

Du 24 août au 17 septembre 2015

La Résidence, Dompierre-sur-Besbre


Sculpteur et photographe, Mounir Creanza se confronte très tôt au travail de la matière à travers l’architecture dans la rénovation de sites historiques en Suisse. Il apprend à tailler la pierre, sculpter le bois, façonner le métal – sa main réinterprète des gestes anciens et son travail est une discussion avec l’existant.

Sculpter l’imaginaire collectif d’une communauté : cette proposition de l’artiste pour son séjour en résidence à Dompierre s’inscrit dans la continuité du projet « Hanoi la O Day », réalisé au Vietnam.

Il souhaite étendre cette recherche en la menant vers un nouveau processus de travail, qui prend forme dans une discussion autour du lieu vécu, habité, et autour de l’imaginaire collectif, qui forge la vision d’un territoire, de son histoire et de l’ensemble de ses représentations culturelles.

Il s’agit d’un atelier nomade, qui parcourt le territoire et son histoire : chacun pourra échanger sur cet ensemble de notions communes liées à ce patrimoine. Les discussions seront enregistrées sur un support sonore et un portrait photographique sera fait de chaque personne participante.

Né en 1983, Mounir Creanza s'est formé en pratiquant différentes disciplines. Il vit et travaille à Paris.

L’artiste sera présent à La Résidence du 24 août au 17 septembre 2015.

Pour le contacter :

04.70.34.69.35 ou mounircreanza@gmail.com

La Résidence

Place des trois platanes

03290 DOMPIERRE-SUR-BESBRE

Renseignements au Service Culturel, rue Saint Louis, 03290 Dompierre-sur-Besbre

Tel : 04.70.34.50.72 - Mail serviceculturel@mairie-dsb.fr


La Résidence

« Résistance(s) »

Tsama do Paço

Vernissage le jeudi 30 avril à 18h30

Du 2 mai au 13 juin 2015

14ème artiste en résidence, Tsama do Paço présentera une exposition intitulée « Résistance(s)» pour clôturer son séjour à Dompierre-sur-Besbre.

L’artiste est arrivée dans le Bourbonnais avec deux axes de réflexion dans lesquels elle a découvert une liaison possible : les défauts des vieux vêtements et la représentation cartographique.

C’est avec les cartes qu’elle a pris connaissance du territoire. À partir de celles-ci, tout en bousculant la représentation plane, elle a trouvé un lieu où inscrire des idées qui l’animent.

Elle utilise des matériaux de vie, longtemps vecteurs d’identités, tels que le tissu, les perles, les plumes.

Elle a de plus prélevé dans notre paysage, l’eau, le sable et la terre. Elle les manipule jusqu’à permettre une réflexion sur la sculpture qu’elle fragilise. Cette fragilité témoigne, pour elle, d’un acte de résistance qui en côtoie d’autres exercés sur de vieux vêtements.

« À la façon dont nous représentons l’espace, se mélangent alors nos histoires, celles portées par nos secondes peaux. Mon passé rencontre dans ce tissage de la matière, celui d’inconnus, d’habitants de la région, qui ont donné leurs vêtements. Il n’y a pas de mots, seulement une création solitaire, obstinée, qui cherche un regard libre. Chaque pièce est une réaction à notre comportement de surconsommation, entre autre vestimentaire, et de hiérarchisation entre force et faiblesse » Tsama do Paço

Chacun de ses petits gestes est patient, répétitif, parfois ancestral, Tsama les découvre dans sa manipulation avec les matériaux mous. Ils découlent des loisirs créatifs et du folklore et témoignent de ces précédents échanges à travers le monde.

Vernissage le jeudi 30 avril à 18h30

La Résidence - Place des 3 Platanes - 03290 Dompierre-sur-Besbre

Ouvert mercredi, vendredi et samedi de 14h à 18h et sur rendez-vous, sauf jours fériés

L’artiste accueillera les écoles qui en ont fait la demande.

Visites sur rendez-vous en contactant le Service Culturel au : 04 70 34 50 72 - serviceculturel@mairie-dsb.fr


DOMPIERRE-SUR-BESBRE

Jeudi 26 mars 2015

La grande lessive est de retour !

Vous retrouverez cette installation artistique éphémère « hors les murs » à Dompierre, dont le concept, pour le moins original, a été initié en 2006 au niveau mondial par la plasticienne Joëlle Gonthier.

C’est le jeudi 26 mars 2015, que les différents espaces publics de la ville,

Jardin de la Mairie, Place de la République et Place de Verdun,

s’habilleront des productions des enfants des écoles primaires Georges Sand et Tivoli,

des écoles maternelles du Louage Pinot et de Sept-Fons

ainsi que celles les enfants de l’Accueil de Loisirs Municipal « Les P’tits potes ».

Ces œuvres dont le thème est « De jour comme de nuit, réfléchir la lumière»,

flotteront au vent, attachées par des pinces à linge sur un fil tendu,

grâce au partenariat entre le Ministère de l’Education Nationale et la Ville de Dompierre,

plus particulièrement ses services enfance-jeunesse et culture.

Tout au long de cette journée, familles, amis, parents et enfants pourront déambuler dans les rues de la ville, admirer cette grande lessive de printemps et apprécier l’inventivité et le talent de ces plasticiens en herbe.


Séjour long de l’artiste Tsama do Paço

Du 12 janvier au 3 avril 2015

La Résidence

info : 30/1/2015 L’artiste Tsama do Paço actuellement accueillie à Dompierre-sur-Besbre a souhaité prolonger son séjour en résidence longue jusqu’au 30 avril 2015.

Le vernissage de son exposition aura donc lieu le jeudi 30 avril 2015 à 18 H 30 à La Résidence.

Les œuvres réalisées au court de son séjour seront exposées du 2 mai au 13 juin 2015.

Les visites-ateliers pour le public scolaire animées par l’artiste seront programmées entre le 11 et le 16 mai 2015 : les enseignants intéressés devront s’inscrire auprès du service culturel. 

Dans le cadre de son accueil en résidence et de son projet artistique, Tsama do Paço souhaite lancer un appel à participation pour la réalisation d’une ou plusieurs œuvres.

Elle aimerai récolter de vieux tissus et vêtements abîmés (propres).Si vous en possédez et souhaitez lui en faire don, vous pouvez les déposer :

 

- à La Résidence, place des 3 platanes, en ayant contacté l’artiste au préalable au 04.70.34.69.35

- au service culturel, rue Saint-Louis, aux horaires d’ouverture.


Les façons de travailler de Tsama sont intuitives, apprises sur le tas et sensibles, outils d’un espace de réflexion dissidente,

de "réactivité à" cherchant l'imprévisible. Elle utilise des matériaux de vie, chargés symboliquement et permettant

des réappropriations identitaires.

Traditionnels ou du monde actuel, elle les rencontre, puis vient l’idée. S'ils témoignent d'une certaine habitation du monde,

ils peuvent fabriquer le réel. La mollesse, les aspérités, l'informe, le mal fait, l'exubérance,

enrichissent le visible poli environnant de façon homéopathique.

Les traitements de représentations dominantes actuelles, par des savoir-faire artisanaux lents et imparfaits dans les mains de Tsama, questionnent nos attitudes et valeurs.

Le temps donné à la réalisation de ces gestes activateurs, constitue un mode d'existence autant qu'un modèle d'action à l'intérieur du réel. L’esthétique par défaut est celle d’une esthétique de la faiblesse.

L'art est alors un moyen de prendre connaissance, de questionner et d'offrir d'autres possibles, faire contrepoids.

Les bricolages de Tsama résultent de la sublimation d’une faiblesse et agissent pour habiter poétiquement le monde.

En résidence, elle veut poursuivre cette redéfinition des valeurs force et faiblesse, en interrogeant les faires et les usages d’un territoire avec lesquels elle lie les matières, formes et idées que ces précédents échanges à travers le monde lui ont apportées.

Née en 1984, Tsama do Paço est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris et de l’Université Paris VII.

Elle vit et travaille actuellement à Paris.

Inauguration du séjour et présentation du travail de l’artiste le vendredi 16 janvier 2015 à 18 h 30.

Elle sera présente à La Résidence du 12 janvier au 3 avril 2015.

Pour contacter Tsama do Paço :

04.70.34.69.35 ou tsamadopaco@yahoo.fr

La Résidence

Place des trois platanes

03290 DOMPIERRE-SUR-BESBRE

Renseignements au Service Culturel, rue Saint Louis, 03290 Dompierre-sur-Besbre

Tel : 04.70.34.50.72

DOMPIERRE-SUR-BESBRE - La Résidence

« Entre ciel et terre »

FRAC Auvergne

Exposition du 31 octobre au 6 décembre 2014

Avec les œuvres de Adam Adach - Darren Almond – Philippe Cognée – Roland Cognet Roland Flexner - Jean-Luc Mylayne – Nils Udo – Xavier Zimmermann

A partir du 31 octobre, le FRAC Auvergne présente des œuvres de sa collection à La Résidence de Dompierre-sur-Besbre.

L’exposition Entre ciel et terre réunit des artistes qui témoignent de leur expérience du paysage. Celui-ci est saisi autant dans sa monumentalité que dans ce qu’il a de plus fragile, de plus délicat. Pour y parvenir, les artistes cherchent à accorder leur geste, leur position, au rythme de ce qui les environne.

C’est par exemple avec beaucoup de recul qu’Adam Adach rend compte de l’immensité de ce paysage enneigé d’Alaska dans lequel la figure humaine disparaît presque totalement. A l’inverse, c’est en venant s’allonger directement au ras-du-sol que Xavier Zimmermann met en lumière la légèreté d’une feuille qui repose sur le sol ou la courbe majestueuse d’une herbe.

D’autres rythmes scandent ainsi le parcours de cette exposition où chacun des artistes précise son geste en fonction de ce qu’il veut saisir du paysage. Darren Almond, parcourt le monde pour trouver les points de vue de sa série en suivant le calendrier lunaire alors que Jean-Luc Mylayne peut attendre jusqu’à plusieurs semaines au même endroit pour réussir à photographier un oiseau en ne se tenant qu’à quelques dizaines de centimètres de lui. Nils Udo et Roland Cognet, quant à eux, prélèvent patiemment dans la nature la matière première de leurs œuvres à venir. Quant à Roland Flexner, c’est par un geste immatériel - celui du souffle - et par une intense concentration dans l’intimité de son atelier qu’il choisit de donner naissance à ses paysages abstraits proches de l’irréel…

C’est ainsi tout un monde nouveau que nous ouvre chacun de ces artistes en nous livrant une vision à la fois sensible et poétique de ces espaces ouverts entre ciel et terre.

Depuis sa création en 1985, le FRAC Auvergne a constitué une collection d’œuvres contemporaines de haut niveau, actuellement constituée de plus de 500 œuvres majoritairement créées par des artistes de renommée internationale.

Darren Almond, Fullmoon@Guilin, 2009, impression quadri sur vinyle

A raison d’une vingtaine d’expositions par an,

le FRAC Auvergne fait rayonner cette collection sur l’ensemble du territoire régional, et bien au-delà,

à travers des prêts, comme ici à la Résidence, afin de permettre à un public très large de découvrir la richesse et la diversité de la création actuelle,

accomplissant ainsi une sensibilisation permanente à l’art contemporain.

Vernissage le jeudi 30 octobre 2014 à 18 H 30.

La Résidence, Place des 3 platanes, 03290 Dompierre-sur-Besbre

Entrée libre les mercredis, vendredis et samedis de 14 h à 18 h. Fermé les jours fériés.

Renseignements :

Service culturel, rue Saint-Louis, 03290 Dompierre-sur-Besbre

serviceculturel@mairie-dsb.fr et 04.70.34.50.72

Du 13 septembre au 18 octobre 2014
Exposition « TEMPO » de la plasticienne LULÙ NUTI

Paesaggio elastico , Lulù Nuti

Papier Arches, fusain, plâtre
Dimensions variables (Ici 60x135 cm)
Réalisé à La Résidence, Dompierre-sur-Besbre, 2014

Le vernissage de l’exposition aura lieu le vendredi 12 septembre à 18 h 30 à La Résidence.

Ouverture les mercredis, vendredis et samedis de 14 h à 18 h.

Entrée libre.

La Résidence, Place des 3 platanes, 03290 Dompierre-sur-Besbre.

Visites sur rendez-vous en contactant le Service Culturel de la Mairie de Dompierre-sur-Besbre au 04.70.34.50.72

ou serviceculturel@mairie-dsb.fr

Service Culturel, Médiathèque Jeanne Cressanges, rue Saint-Louis, 03290 Dompierre-sur-Besbre

 


 

 


Artiste en séjour court à La Résidence – Dompierre-sur-Besbre

Le déploiement dans l’espace et sa mesure par les œuvres : voici la préoccupation centrale de l’exposition conçue par Lulù Nuti pendant les quatre semaines de résidence à Dompierre-sur-Besbre.

L’exposition s’articule autour d’une oeuvre majeure: un dessin de dix mètres intitulé Paesaggio elastico (Paysage élastique). Cette pièce, tel un voyage, pousse les visiteurs à se déplacer, « à avancer » pour l’observer. Par la forme (le dessin est plié tous les 20 cm et peut donc s’adapter à tout espace d’exposition) et le thème (le souvenir), cette oeuvre qui ramène au présent des sensations de l’artiste lors de ses voyages passés, relie en une seule forme la notion d’espace-temps comme deux concepts inextricablement liés.

D’autres installations reflètent un autre aspect de la réflexion autour du temps : Da Legno a legno (de bois à bois) et Métal se répondent ainsi d’une pièce à l’autre en dialoguant sur la mutation et le façonnage de la matière.

Une œuvre collective sera également exposée : une composition murale réalisée pendant les ateliers d’exploration menés par l’artiste. Intitulée Composition/décomposition, l’installation a été réalisée à partir d’éléments végétaux choisis par les participants et moulés avec le matériau de leur choix.

Une autre façon de donner forme au temps, de créer une trace des instants partagés malgré leur impossible retour.

La Résidence de Dompierre-sur-Besbre accueille l’artiste

Lulù NUTI

en séjour court du 18 août au 12 septembre 2014.

Jeune diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris, cette plasticienne de 26 ans compte poursuivre son travail de sculptures et installations explorant les paradoxes du poids des choses et de la matière ainsi que sa perception par le spectateur.

En particulier, son séjour en résidence sera l’occasion de réaliser une série de sculptures-expérimentations, au titre « Chimères, la matière ou son contraire ».

Un travail nécessitant différents éléments végétaux et minéraux, explorant l’impossibilité de cohabitation de certaines matières entre elles et le paradoxe de les voir se mêler dans une même et unique forme.

Au cours de son séjour, l’artiste proposera des ateliers d’exploration qu’elle nomme « Mimétismes ».

Ils consisteront à découvrir le pouvoir mimétique du béton ainsi que de l’argile et du plâtre et leur réaction selon l’endroit où ces matières sont coulées ou appliquées.

Les différents éléments réalisés durant les ateliers donneront naissance à une pièce unique dont l’installation variera selon l’espace d’exposition.

Ateliers sur inscription les 25 août, 2 et 9 septembre à 16 H.

Vernissage le vendredi 12 septembre à 18 H 30.

Exposition du 13 septembre au 18 octobre 2014.

Inscriptions et renseignements auprès du Service Culturel, rue Saint Louis, 03290 Dompierre-sur-Besbre

04.70.34.50.72

serviceculturel@mairie-dsb.fr

 

Du 4 juillet au 2 août 2014

Exposition « Back home... But Where ? »

Laure GUILHOT

La Résidence – DOMPIERRE-SUR-BESBRE

« Au départ, la traversée d'une certaine carte familiale, en entre-deux entre France et Bulgarie, ouest et est, ici et là-bas, présence et absence.

Sculptures textiles, photographies, installations... il s'agit de créer une nouvelle géographie, un « lieu incertain », un lieu plié, replié, déplié.

Non pas un travail sur la nostalgie, mais une réflexion sur la mémoire, là où se jouent, juste avant une possible perte, l'ancrage, le déracinement, l'enracinement, l'appartenance.

Saisir une chose qui est en train de disparaître mais qui est encore là comme matière ou comme mouvement.

Mettre en scène ce qui la quitte déjà. »

 

Laure Guilhot

 

13ème artiste en résidence, Laurence Nicola présentera une exposition intitulée « Reprendre son souffle » pour clôturer son séjour à Dompierre-sur-Besbre.

 

Le travail de l’artiste est centré sur la question de l’équilibre, du renversement et du redressement du plan. Les matériaux mis en espace sont le plâtre, le papier et le verre. Le travail en verre est le fruit d'un partenariat avec le lycée Jean Monnet à Yzeure, l’Ecole Nationale du Verre.

 

En procédant par immersion et observation dans un univers inconnu fait de techniques propres au travail du verre, l'artiste a pris les choses à contre-pied. Fidèle à son goût pour le détournement, elle a imposé aux élèves un travail sur le verre soufflé et aspiré. La consigne étant d'abandonner le moule et la forme parfaite tout en expérimentant la notion d'inspiration-expiration. Il fallait essayer de matérialiser le souffle impalpable, développer des formes concaves et convexes, exprimer la dilatation ou la contraction.

 

En collaboration avec les professeurs du lycée, Laurence Nicola a utilisé la technique du thermoformage pour transformer une plaque de verre en « paysage à reliefs ».

L’enjeu était de faire tenir d’aplomb, sans artifice, la tranche du verre. Dans l’exposition, un spot lumineux révèlera une projection du paysage au sol.

 « Ce basculement d’un plan horizontal sur un plan vertical m’a beaucoup préoccupée durant cette résidence. Ce renversement du paysage par la présence de l’eau et des reflets m’a d’ailleurs fascinée en arrivant dans le Bourbonnais. » Laurence Nicola

 

Vernissage : 16 mai 18h30 à la Résidence.

EXPOSITION : 17 mai au 22 juin 2014




Séjour long de l’artiste

Laurence NICOLA

Du 24 février au 16 mai 2014

La Résidence, Dompierre-sur-Besbre

La pratique de Laurence Nicola développe des mises en scène où le corps est toujours présent, éprouvé. Ce corps, elle le confronte à des objets, des matières, d’autres corps.

Ces associations provoquent des situations et actions incongrues. Il s’agit de modifier les paramètres habituels de la rencontre avec l’Autre.

Quand elle est en résidence, Laurence cherche à travailler avec les possibilités que lui offrent les gens et le lieu de résidence.

A Dompierre, elle souhaite poursuivre le travail qu’elle a amorcé au Québec, basé sur le papier et sa mis en volume.

L’approche de la porcelaine dont elle a pu bénéficier sur ce lieu lui a donné envie de pousser plus loin ce travail et de réaliser une installation qui mixe plusieurs médias.

Elle souhaite également continuer son approche corporelle des lieux traversés par la photographie et la vidéo.

Née en 1975, Laurence Nicola est diplômée de l’Ecole Supérieure Nationale d’Art de Cergy-Pontoise et de l’Université des Lettres et Sciences Humaines d’Aix-en-Provence.

Elle vit et travaille actuellement à Saint Méloir des Ondes (35).

Inauguration du séjour et présentation du travail de l’artiste le vendredi 28 février à 18 h 30.

Elle sera présente à La Résidence du 24 février au 16 mai 2014.

Pour contacter Laurence Nicola :

04.70.34.69.35 ou laurencenicola@yahoo.fr

La Résidence

Place des trois platanes

03290 DOMPIERRE-SUR-BESBRE

Renseignements au Service Culturel, rue Saint Louis, 03290 Dompierre-sur-Besbre

Tel : 04.70.34.50.72

serviceculturel@mairie-dsb.fr

JOURNEE INTERNATIONALE DE LA PAIX

EXPOSITION « Vëtements de Hiroshima »

Samedi 21 et dimanche 22 septembre 2013

  

Dans l’objectif de poursuivre sa politique d’actions sociales, économiques, sportives et culturelles, la ville de Dompierre organise une manifestation socio-culturelle d’envergure : la Journée internationale de la Paix et Exposition des vêtements de Hiroshima.

Elle vient clôturer la programmation culturelle de l’année 2013 sur un objectif large : rendre la culture accessible à tous !

En partenariat avec les centres sociaux, les associations, les accueils de loisirs du territoire, les commerçants,  autour des symboliques fortes, telles que les droits de l’homme, la citoyenneté, la paix, la tolérance, la culture du bien-vivre ensemble, de nombreuses activités gratuites vous seront proposées.

Nous vous attendons nombreux le samedi 21 septembre à partir de 10h pour partager ensemble animations, expositions, concerts, projections, échanges, déambulations musicales, ateliers…

 

Inauguration officielle à 11 heures le samedi 21 septembre au Parc de La Roseraie.

 

 

Programme complet et sur notre page facebook https://www.facebook.com/JDPdompierre?ref=hl

 

 

Renseignements au Service Culturel, rue Saint Louis, 03290 Dompierre-sur-Besbre 04.70.34.50.72

serviceculturel@mairie-dsb.fr

ou Mairie, route de Vichy, 03290 Dompierre-sur-Besbre, 04.70.48.11.30

contact@mairie-dompierre03.fr


du 6 juillet au 11 août 2013
EXPOSITION "START" - Sophie NEURY
vernissage 5 juillet 18h30

Séjour long de l’artiste Céline CADAUREILLE

Du 21 janvier au 19 avril 2013

La Résidence, Dompierre-sur-Besbre

La pratique artistique de Céline Cadaureille est le principal moteur de ses recherches et se développe à travers l’écriture et la sculpture. Ses créations restent marquées par des gestes qui découpent, fragmentent et ligotent, ainsi que par la manipulation de matériaux précieux (cristal, verre, bronze) et de matières animales (cuir, fourrure, crépine).

Son travail plastique interroge l’imaginaire lié à la dissolution du corps : comment l’extension plastique des limites de la forme peut s’étendre au point d’attaquer l’intégrité physique de ce corps ?

A travers ses recherches, l’artiste a pour projet d’affirmer la théâtralité de sa démarche au cours de son séjour en résidence ; repenser l’espace de ses installations et les interactions possibles avec le public en mettant en place une dramaturgie quasi théâtrale ou encore ériger des sculptures qui touchent à l’informe et présentent des corps utopiques.

Née en 1981 à Lyon, Céline Cadaureille est diplômée des Beaux- Arts et de l’Université Toulouse Le Mirail. Elle vit et travaille actuellement à Toulouse.

Inauguration du séjour et présentation du travail de l’artiste le vendredi 25 janvier à 18 h 30.

Elle sera présente à La Résidence du 21 janvier au 19 avril 2013.

Du 3 au 28 septembre 2012 - Accueil en séjour court du plasticien Pierre Treille

La Résidence – Dompierre-sur-Besbre

À la suite de rencontres marquantes durant son cursus, Pierre Treille s'oriente vers une pratique pluridisciplinaire.

À l'obtention de son DNSEP, vidéo et volume deviennent ses moyens d'expression privilégiés. Il participe à des expositions collectives : "Psychodrome" (Paris, 2002) et "Wonderland" (Poitiers, 2003).

À partir de 2004, il intègre la compagnie PARC. Il travaille le décor, la vidéo et la danse contemporaine. Il monte également des projets et des ateliers vidéos (classes d'arts appliqués du Lycée Honoré d'Urfé, Saint-Étienne).

En 2010, il accompagne Louise Gros à la confection d'accessoires pour la création "Salves" de la compagnie Maguy Marin. Il s'appuie désormais sur ces expériences pour développer un travail plastique personnel.

Lors de son séjour en résidence courte à la Résidence de Dompierre-sur-Besbre, Pierre Treille travaillera sur un projet d’installation de dessins intitulée Suite(s).

"Suite(s)" se nourrit de ce que m'apporte l'échange avec les gens et les réflexions ou divagations que provoque cette rencontre. Pour moi, la réalité à un sens très étendu : elle comprend les rêves et les désirs, les illusions ou désillusions de chacun. Elle est liée à la sensation du roulement continuel des choses, à la disparition de l'ancien et à son remplacement par le nouveau, mouvement de plus en plus rapide.

Septembre, la période de résidence, est consacré à la capture de la réalité des lieux et des gens de Dompierre-sur-Besbre au travers de croquis, photos, enregistrements … Puis je transpose ce matériel collecté à l'encre et autres matériaux sur une série de plaques de plexiglas que j'installe dans l'espace d'exposition.

Avec Suite(s), je souhaite produire une trace, comme une prise de vue photographique et subjective qui se serait étalée sur ces quelques semaines, en septembre 2012, à Dompierre-sur-Besbre. C'est à la fois une tentative de saisir par le dessin une facette de la réalité du monde global dans lequel nous sommes immergés et d'en restituer l'expérience à travers cette installation. "

Pierre Treille

L’installation Suite(s)sera exposée à La Résidence du 29 septembre au 28 octobre 2012.

Pour rencontrer l’artiste lors de son séjour, vous pouvez le contacter

au 04.70.34.69.35 ou pierretreille@ovi.com

La Résidence, Place des 3 platanes, 03290 Dompierre-sur-Besbre

Vous pouvez également prendre rendez-vous en contactant le Service Culturel de la Mairie de Dompierre-sur Besbre au 04.70.34.50.72 ou serviceculturel@mairie-dsb.fr

Service Culturel, Médiathèque Jeanne Cressanges, rue Saint-Louis, 03290 Dompierre-sur-Besbre

EXPOSITION du 12 mai au 1er juillet 2012. Ouvert les mercredis, samedis et dimanches de 15 heures à 19 heures et sur rendez-vous.

 

Résidence longue de Lise ROUSSEL

Du 4 janvier au 11 mai 2012 à La Résidence

Au départ influencés par l’espace et la construction architecturale, son cheminement et ses convictions l’ont conduite du graphisme, de la volumétrie et de la perspective à la peinture.

Les œuvres de Lise ROUSSEL sont la plupart du temps réalisées au moyen de techniques mixtes et de collages avec comme matériau de base le papier. Ce support lui permet une grande liberté car elle peut le travailler jusqu’à ce qu’il soit lui-même une forme découpée, autonome, presque un «objet de peinture».

Pour cette artiste plasticienne, le collage et le découpage restent très proches de l’acte de peindre. Si des éléments figuratifs reconnaissables peuvent apparaître, l’image se lit avant tout comme une peinture abstraite. Elle a pour but de se dégager de tout ce qui peut empêcher sa pratique d’être personnelle et décomplexée : peindre ce qu’elle veut, mais toujours dans une volonté de construction et d’équilibre.

Née en 1983 à Clermont-Ferrand, Lise ROUSSEL est diplômée des Beaux- Arts de Saint-Etienne. Elle vit et travaille actuellement à Lyon.

Elle sera présente à La Résidence du 4 janvier au 11 mai 2012.
Horaires d’ouverture : les mercredi après-midi de 14 h à 18 h et sur rendez-vous

 

www.liseroussel.com

 

vernissage vendredi 15 avril 2011 à 18h30

"VOIES" de Sarah Ritter

Exposition du 16 avril au 19 juin 2011

Entrée libre
mercredi, samedi et dimanche de 15h à 19h (et sur rendez-vous)

 

Sarah Ritter
Artiste en résidence à Dompierre-sur-Besbre du 10 janvier au 22 avril 2011.

Durant son séjour, l’artiste ouvre les portes de son atelier et est disponible pour toute personne souhaitant la rencontrer et échanger sur son travail.
Entrée libre de préférence sur rendez-vous
au 04 70 34 69 35 ou 04 70 34 50 72.


LA RESIDENCE
Place des trois platanes (à côté de la Caserne des Pompiers),
03290 Dompierre-sur-Besbre
Contact : Service Culturel – Mairie de Dompierre-sur-Besbre
04 70 34 50 72 - serviceculturel@mairie-dsb.fr

www.sarahritter.net


Quelques mots sur le travail de l’artiste : Née en 1978, Sarah RITTER est diplômée de l’école nationale supérieure de photographie (2008), titulaire d’une maîtrise de philosophie (2001) et d’arts plastiques (2005). Après une résidence à Hô-chi-minh-ville (Vietnam) puis à Le Blanc (36) en 2010, elle vient s’installer à Dompierre. Au cours de son séjour, cette artiste entend poursuivre une recherche personnelle de travail et de création. « Je suis à un moment un peu charnière de ma pratique photographique, j’ai envie d’expérimenter d’autres formes d’expression que le simple tirage, comme la projection ou la découpe. La Résidence est pour moi l’occasion d’expérimenter ces nouvelles formes, mais aussi d’approfondir mon travail du portrait, de la narration, de la poétique photographique… » Sarah Ritter. Nous proposons au public une première rencontre lors de cette soirée d’inauguration afin de connaître sa démarche artistique, son projet pour les mois à venir à Dompierre. Découvrir son exposition en avril prendra alors tout son sens : nous verrons l’évolution de son travail, en fonction des rencontres qu’elle aura fait, des contraintes et des possibilités offertes par le lieu, etc. Sarah RITTER restera à la disposition du public qui, s’il le souhaite, pourra échanger avec elle et découvrir ainsi son travail et ses œuvres. Cette résidence donnera lieu à une exposition qui débutera le 16 avril 2011.

precedement...

Exposition du 16 octobre au 19 décembre 2010

à La Résidence à Dompierre-sur-Besbre (03)

"Tendre vers 0"
Jérôme ALLAVENA

Entrée libre

Mercredi, samedi et dimanche de 14h à 18h et sur rendez-vous

Fermé les jours fériés

Entrée libre : ATTENTION, durant le mois de décembre,

La Résidence sera uniquement ouverte

les mercredis 8 et 15 décembre de 14h à 18h.

Merci de votre compréhension.

Quelques mots sur le travail de l’artiste :

Après un mois de recherche à La Résidence, Jérôme Allavena nous présente une exposition dans laquelle il explore les potentialités du trait, du tracé et de la ligne. Vous découvrirez comment, à partir de vrais objets, il passe de représentations très réalistes à des représentations pour le moins abstraites. Dans son travail, le dessin devient un lieu d’expérimentation. Par un processus de déconstruction/ reconstruction, J. Allavena interroge l’image à travers ses diverses dimensions et donne à voir de nouveaux points de vue, difficiles à décoder d’un simple regard.

L’équipe de La Résidence se propose d’organiser des visites pour les groupes scolaires ou non. Ces visites, gratuites, peuvent s’accompagner d’un atelier de pratique autour du travail de l’artiste.

Prochainement :

Du 10 janvier au 22 avril 2011 : Séjour en résidence de Sarah RITTER

Inauguration : vendredi 28 janvier à 18h30

 

Exposition du 3 juillet au 14 août 2010
Vernissage : vendredi 2 juillet à 18h30

Toute l’équipe de La Résidence sera heureuse de vous accueillir à l’occasion de cette exposition !

Des visites commentées peuvent être organisées sur demande pour les groupes.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès du Service Culturel.

Livret en .pdf

Exposition de Veronique ROGER

"L'amour vache"

Vernissage le vendredi 23 avril à 18h30

Exposition du 24 avril au 20 juin 2010
Entrée libre
mercredi, samei et dimanche de 15h à 19h (et sur rendez-vous

 "Je travaille essentiellement sur le paysage et notre environnement. Je raconte les lieux sous forme d’installations qui proposent une nouvelle interprétation. Je m’intéresse aux processus humains qui fabriquent ce qui nous entoure, dans notre société contemporaine, assise sur son passé et se projetant dans des idéologies futures, fluctuantes. "

Une résidence à Dompierre vue par Véronique ROGER

"J’ai souhaité être en immersion expérimentale sur un terrain inconnu où je poserai différemment mes bagages. Bien sûr, à Dompierre, je retrouve des accroches habituelles dans le paysage, qui m’ont amené ici, comme la ruralité, une vallée agricole et son cours d’eau qui méandre. En devenant résidente temporaire à Dompierre, au fur et à mesure de mes pérégrinations j’ai récolté certains matériaux du paysage comme la ronce présente dans les prés et la ficelle de lieuse (de bottes de foin) que l’on voit partout. Ils se retrouvent dans mes premières pièces que j’ai réalisées « le lit de la Besbre » et « roundballeur » qui parlent de l’érosion visible des berges et du paysage d’élevage fabriqué par la main de l’homme. D’une manière générale, mes travaux sont très préparés et conçus avant même d’arriver sur place et, par ce séjour, j’ai cherché à pousser l’expérience plastique sur un territoire et dans mon travail. En résidence je suis vraiment au travail. Je peux moduler à volonté mon propos et donner une libre place à la part de recherche et de production à proprement dite avec les matériaux que je cherche à faire converser. Dans cette exposition, j’ai rusé pour fabriquer un propos poétique dans la ficelle ingrate imputrescible. Je l’ai récupérée en quantité pour façonner une peau de vache, épaisse, qui constituera l’enveloppe d’un cheval de Troie. "

Il s’agit en fait d’une charolaise qui, par sa matière, montre une vision pétrie de contradictions sur notre rapport aux éléments de paysage à contempler.




Véronique ROGER

Artiste en résidence à Dompierre-sur-Besbre

Du 11 janvier au 5 mai 2010

 

Née en 1979, Véronique ROGER est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Nancy (2000) et de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles (2005).

Elle vit et travaille actuellement à Bourg en Bresse.

« Le sol et l’observation de l’existant, particuliers à chaque site, sont mes fils conducteurs. Je mets en parallèle les processus naturels et humains qui les ont fabriqués en montrant l’envers du décor de la fabrication d’un paysage familier, ou en mettant le doigt sur ce qui peut-être mis sous cloche, comme le patrimoine. »

 

Le samedi 30 janvier 2010, Véronique Roger, artiste fraîchement arrivée en Résidence à Dompierre-sur-Besbre nous conviait à son inauguration.

Au cours de cette soirée, Roland Fleury, conseiller en charge de la culture au Conseil Général de l’Allier, a rappelé l’importance de la culture dans une ville comme Dompierre, qui est un exemple à ce niveau dans le département.

C’est dans une ambiance conviviale que cette jeune artiste s’est présentée au public et lui a fait découvrir son travail. Elle s’est appuyée sur un diaporama reprenant ses nombreuses œuvres réalisées depuis la fin de ses études, et avait surtout installé quelques unes de ses réalisations dans la Résidence, dont ces créations mystérieuses que vous voyez sur son affiche !

Le séjour en Résidence de Véronique Roger s’achèvera en Mai. Il s’agit pour elle d’une véritable aventure artistique, au cours de laquelle elle invite les habitants de Dompierre-sur-Besbre à prendre contact avec elle afin de venir suivre l’évolution de son travail et ainsi partager avec elle leurs diverses réactions et remarques. Alors n’hésitez plus !

PRECEDEMENT...  

"Travailler en Bleu"

de Annie PERRIN

Vernissage le vendredi 30 octobre à 18h30

Exposition du 31 octobre au 20 décembre 2009

Entrée libre

Mercredi, samedi, dimanche de 15h à 19h ( et sur rendezvous)

Jréméy LAFFON
 

Vendredi 4 septembre 2009 à 18h30 à La Résidence

Vernissage de l'exposition de

 Jérémy LAFFON

"So What"
 
du 5 septembre au 25 octobre 2009

 

Si Jérémy Laffon s'inscrit effectivement dans la classe des inclassables, ce n'est pas par réponse à cette attente d'une norme "esthétique du divers" mais tout simplement car son travail s'inscrit honnêtement dans un système fondé sur la transversalité et l'interconnexion qui lui est propre.

 

Il met en jeu  des modes opératoires non linéaires qui lui confèrent de multiples statuts : de l'acteur au magicien, du peintre au vidéaste, du joueur au poète, de l'oisif au laborieux, du collectionneur, du flâneur à l'artiste. Il cultive le jeu et se donne la liberté de faire comme gymnastique conceptuelle. L'ensemble prend la forme d'une oeuvre buissonnière qui suit sous forme de divagation plusieurs lignes d'idées qui forment un réseau ouvert envisageant d'une manière généreuse un certain réenchantement du monde par l'art.

Un aphorisme tiré de mon poème Vanité aux puces dit : "la jeunesse d’aujourd’hui aime les mauvais joueurs car elle déteste ceux qui prennent le jeu à la légère". Une vie de tous les jours, avec son paysage d’habitudes, peut paraître difficile à traduire en moments signifiants. Au bout du compte, on ne déterminera pas d'ordre réel parmi les idées-clés du travail de Jérémy : le jeu, le statut de l'artiste, le mouvement, le glissement de temps, etc. Il cultive l'oisiveté à effet différé. Il exploite la collusion des objets. Il vagabonde la sédimentation des styles.

Si la règle du jeu inventée par Jérémy implique de se disperser au risque de ne pouvoir être situé, le récit de l’art qu’elle propose avec le jeu en origine et en point de mire, composé de fragments et d’astuces, se fonde sur le rythme du pouls du monde. Comme pour se redonner une existence quotidienne enrichie en expériences. Peut-être est-ce ainsi que l’on comprend ce qui manque. Le foisonnement est bien là. Le scénario unique n’existe pas. En étant mobile soi-même, on peut comprendre et aller plus loin : entrer en résonance. Ainsi on peut dire à chaque instant : ce n’est pas la fin.

Luc Jeand’heur, 2008

  
La pluralité et les différentes facettes de l’œuvre de Jérémy Laffon, allient une activité de joueur/touriste céleste/artiste à son décor/environnement/espace via un tropisme fondé sur une idée-force de transversalité.

On y rencontre un ensemble composé d'œuvres évolutives, éphémères, de traces de performances où ce qui a lieu croise ce qui a eu lieu (…) Toutes ces pièces forment un monde précaire et sensible, un terrain de jeu où l'état « normal » est une nouvelle fois mis en question dans l'art.

Jérémy Laffon remet en jeu dans son « travail » la productivité de l'art, par des performances baroques qui mettent en jeu les petites activités, le geste artistique, le dualisme des éléments, entre confrontation et cohabitation. Il explore les microcosmes de proximité en suscitant des situations aux limites de l'aberration, un jeu sur l'antinomie entre deux termes qui pourtant forme une rime : art et hasard. L'esthétique insoupçonnée du jeu et du hasard sont les divers modes de transformation de ses œuvres, en perpétuel rebondissement. Dispositifs évolutifs et installations éphémères lui permettent de farfouiller la prolifération des possibles.
 (…)
Le travail de Jérémy est en réalité habité par une multitude d’infimes mouvements et de déplacements conceptuels qui ne cessent de faire et de défaire les formes à chaque instant, déroutant les catégories de la perception, aussi bien que celles du monde de l’art. La notion d'oeuvre, au sens de maturation et de complétude est remplacée par le jeu de rôle, le bricolage, le « laisser faire » et des dispositifs de dérive. Le vouloir-voir (ce que cela fait comme ça) l'emporte sur un savoir-pouvoir (c'est comme ça). Le quotidien ne se conçoit pas sans de multiples métamorphoses et nombreuses étrangetés. L'univers se doit d'être un « mulitvers ». Les œuvres de l’artiste intègrent cette complexité qui se déploie avec toutes ses ambiguïtés, son caractère parfois dérangeant, voire dérangé.

 Luc Jeand’heur, 2009

La Résidence
Place des trois platanes - Espace Boudeville - 03290 Dompierre-sur-Besbre
Contact : Service Culturel - Mairie de Dompierre
Tél : 04 70 34 50 72 / Fax : 04 70 34 63 24 / E-mail : culturedompierre03@wanadoo.fr

Entrée libre
Mercredi - samedi - dimanche de 15h à 19h
et sur rendez-vous au 04 70 34 50 72
Fermé les jours fériés.

 

Laurence Cathala et Joan Braun

Vendredi 26 juin 2009 à 19h à La Résidence

Vernissage de l'exposition de

 Laurence CATHALA & Joan BRAUN

"Pièces à convictions."
 
du 27 juin au 30 août 2009

 

L’exposition « Pièces à Convictions. » se présente comme un ensemble d’énigmes.

Comme si chaque pièce était une sorte d’indice ou preuve - de quoi ? la preuve, c’est toujours au moins la preuve que quelque chose s’est passé, même si on ne sait quoi.
Voilà une question : l’art, la recherche artistique, ce travail là, sont-il quelque chose à prouver ? Et que faut il chercher et trouver ?
Dans notre travail plastique nous cherchons souvent une forme et une idée doubles : une sorte de simplicité radicale de l’objet et de l’image, et une sorte de mystère.
Faire des objets ou des images qui sont ce qu’ils sont, qui disent simplement ce qu’ils ont à dire, et qui soient pourtant mystérieux.
Un décor se déploie dans les photographies (Ambiances), le décor d’on ne sait quelle fête vide. Le studio, le décor nécessaires à la prise de vue photographique normale se mettent en scène; et c’est aussi ce genre de décor – ici absent physiquement – que devrait soutenir ces deux équerres en bois, pour l’heure brûlées, sans doute trop fragiles pour porter le mur du bâtiment contre lequel elles s’appuient.

Le vide travaille beaucoup des pièces, ainsi que les objets familiers, légèrement perturbés ou altérés. 

Le puzzle assemblé ne forme aucune image ; il est pourtant une image, présenté comme telle, et même à la limite de l’objet. 

Une flaque d’eau stagnante repose au sein d’un coussin. Cet objet-là procède t-il d’une inquiétude (A-t-il plu à l’intérieur, la maison a-t-elle été inondée) ? 

Sur les livres – objets familiers encore, devenus ici sculptures et dessins – les textes et les mots s’effacent. Un coup de vent a pu passer. Ou quelque chose est entrain de s’oublier. 

On a cherché à conserver les livres, à les mettre en vitrine (le livre lui même deviendra-t-il un jour une pièce de musée ?) ; mais quant est-il de ce musée qui conserve des livres blancs et muets ?

Ou plutôt on a conservé la trace de l’objet, son moulage, faisant du livre un fossile. Est il voué à disparaître, ou est ce le savoir qu’il contient, sa mémoire ? 

Le papier froissé – et avec lui la lettre, l’effort pour écrire, le raté – deviennent également des sortes de fossiles à conserver. Fossiles… pas seulement ceux d’un objet, mais aussi ceux d’un travail ; travail de l’artiste, qui porte une attention particulière aux objets et matériaux les plus simples, avec lesquels il vit, qu’ils observe et scrute. Et refait, comme s’ils étaient à inventer. 

Dans les photographies (Secret Life), la force – et le mensonge – de l’image font d’une boule de papier froissé… un ciel, d’ailleurs à l’image de ce que serait la véritable forme de l’univers selon les physiciens... Inquiétude encore, le ciel est-il fini ou infini ? Et quant es-il du petit et du grand, où puis-je me situer, et situer les objets qui m’entourent, leur forme et leur histoire ?

Quelque part nous cherchons une échelle et une distance, par rapport aux objets que nous observons et à ceux que nous cherchons à créer.

La Résidence
Place des trois platanes - Espace Boudeville - 03290 Dompierre-sur-Besbre
Contact : Service Culturel - Mairie de Dompierre
Tél : 04 70 34 50 72 / Fax : 04 70 34 63 24 / E-mail : culturedompierre03@wanadoo.fr

Entrée libre
Mercredi - samedi - dimanche de 15h à 19h
et sur rendez-vous au 04 70 34 50 72
Fermé les jours fériés.
Exposition de Thilleli RAHMOUN
Artiste en résidence à Dompierre-sur-Besbre

Adieu

  du 25 avril au 14 juin 2009
 
Entrée libre
Mercredi - samedi - dimanche de 15h à 19h
et sur rendez-vous au 04 70 34 50 72
Fermé les jours fériés.

Après un séjour en résidence qui a débuté le 26 janvier, Thilleli Rahmoun nous invite à venir découvrir les travaux qu’elle a réalisé à Dompierre dans une exposition qui se tiendra du 25 avril au 14 juin 2009.

Pendant trois mois, Thilleli Rahmoun s’est consacrée quasi exclusivement à sa pratique et a disposé de La Résidence comme d’un atelier. En s’appuyant sur ses préoccupations personnelles en matière de création, elle a retranscrit par la peinture et le dessin des émotions, des sensations, qui sont à la fois témoins de souvenirs réels et vécus, c’est-à-dire qui font appel à sa propre mémoire mais qu’elle a aussi sublimées, fantasmées en y intégrant des éléments décalés, perturbateurs.

Jusque là, Thilleli Rahmoun traduisait ce ressenti en deux dimensions mais elle a franchi une étape et son travail de composition, son geste ont eu besoin de sortir de cet espace. C’est donc tout naturellement que le volume s’est imposé et qu’elle a choisi de matérialiser une de ses peintures.

Cette exposition, Adieu, apparaît aujourd’hui comme l’aboutissement d’une aventure, la fin d’une réflexion. Un catalogue, réalisé par l’artiste et publié par la Commune de Dompierre témoigne du passage de Thilleli Rahmoun à Dompierre, d’une création à un instant donné.

En marge de ce travail intense de production, Thilleli Rahmoun s’est particulièrement investie dans la vie locale, en étant actrice de nombreuses manifestations. Vous avez pu la croiser lors d’une soirée de la saison culturelle, lors de séances proposées au Cinéma René Fallet dans le cadre du cycle « Les Arts à l’Ecran » (projection de films sur les peintres et la peinture), lors de la 20ème édition des Rencontres Cinéma-Nature où elle a été membre du jury ou encore à La Résidence pendant toute la durée de son séjour. Mais elle s’est aussi appliquée à transmettre son énergie et sa passion au plus jeunes en animant plusieurs projets dits « classes à projet artistique et culturel ». Thilleli Rahmoun est intervenue une dizaine d’heures dans quatre classes des écoles de Jaligny, Tréteau, Montbeugny et du Collège Louis Pergaud de Dompierre, ceci permettant une rencontre, des échanges et une production originale.

Le projet ne pourrait avoir lieu sans les soutiens de nos partenaires : le Ministère de la Culture – Direction Régionale des Affaires Culturelles, le Conseil Général de l’Allier et l’Association « As’Art en bout de ville ».

La Résidence
Place des trois platanes - Espace Boudeville - 03290 Dompierre-sur-Besbre
Contact : Service Culturel - Mairie de Dompierre
Tél : 04 70 34 50 72 / Fax : 04 70 34 63 24 / E-mail : culturedompierre03@wanadoo.fr